Le repli français du Mali, une manœuvre hors norme à marche forcée

Le repli français du Mali, une manœuvre hors norme à marche forcée

Containers par dizaines, blindés à perte de vue sur les bas-côtés, ballet incessant de chariots élévateurs: c'est l'effervescence sur la base militaire française (BAP) de Niamey, au Niger, point de transit des matériels sortant du Mali que la France doit quitter d'ici quelques semaines. Exit les vastes opérations antijihadistes longtemps menées dans les sables sahéliens par les soldats français.Aujourd'hui, "ce désengagement du Mali constitue la plus grosse de nos missions", explique le sous-chef opérations de la force Barkhane, le colonel Hubert Beaudoin. "C'est une manoeuvre gigantesque", renchérit le commandant Thierry (la majorité des militaires français ne sont citables que par leur prénom pour des raisons de sécurité, ndr), chef d'orchestre de l'ensemble des mouvements logistiques sur la BAP.Deux à trois convois aériens par jour et deux à trois convois routiers par semaine relient la base de Gao, au Mali, à celle de Niamey. Pousssés vers la sortie par une junte malienne hostile, les Français ont entamé leur repli en février au terme de neuf ans de présence ininterrompue pour lutter contre les jihadistes.Après Gossi et Menaka, les militaires sont en passe de quitter courant août leur dernière emprise malienne. Au total, la France doit sortir du Mali quelque 4.000 containers et un millier de véhicules, dont des centaines de blindés. Le colonel Laurent Grebil, responsable logistique de l'opération Barkhane, a déjà vécu une sortie de théâtre, il y a dix ans en Afghanistan.Toutefois "la Kapisa (nord-est) faisait la taille d'un département français.Ici, la complexité de la manoeuvre vient des distances à parcourir et du volume de matériel et d'hommes à sortir en un temps compressé", commente-t-il.Ensuite, "il faudra un peu moins d'un an pour tout ramener en France". Sur le parking de la zone de transit de l'aéroport militaire français, des Fenwick déplacent des palettes chargées de matériels divers: pièces de rechange, lits de camps, équipement électrique, frigos... Le long de la route poussiéreuse qui sillonne l'emprise, des soldats somnolent sur des lits de camp, sous des bâches kaki tirées entre deux blindés.Arrivés la veille d'une mission d'escorte de plusieurs dizaines de véhicules civils en provenance de Gao, les légionnaires repartiront cette nuit en sens inverse.Un rythme effréné qu'imposent les courts délais fixés par l'Elysée: la France doit avoir quitté le Mali d'ici la fin de l'été. Saison des pluies - La route qui relie les villes de Gao et Niamey, éloignées de près de 500 kilomètres, traverse la zone semi-désertique dite des trois frontières, réputée servir de refuge à des groupes jihadistes affiliés à l'Etat islamique. Dans cette région du Liptako, "les groupes armés terroristes pratiquent l'évitement face à Barkhane depuis quelques mois.Pour autant, nous restons sur nos gardes", explique le sous-chef opérations de Barkhane. Un ultime coup d'éclat symbolique n'est pas à exclure pour marquer les esprits, prévient le lieutenant-colonel Eric, de la cellule renseignement de Barkhane. "La France partant, un vrai vide sécuritaire va se créer, chacun va essayer d'occuper l'espace, et un des moyens d'occuper au moins l'espace des perceptions serait de nous porter un coup.Dans toute opération, qu'elle soit de petite ou de grande envergure, la phase de désengagement est toujours la plus dangereuse", fait valoir l'officier. Ce retrait intervient en pleine flambée de violences au Sahel.Plus de 2.000 civils ont été tués au Mali, Niger et Burkina Faso depuis le début de l'année, soit déjà plus que les 2.021 recensés pour toute l'année 2021, selon les calculs de l'AFP à partir d'une compilation de l'ONG spécialisée Acled. Sur le tarmac écrasé de chaleur, deux avions de chasse Mirage 2000D armés de bombes GBU font rugir leur moteur, prêts à décoller."Nous allons appuyer un convoi dans la partie identifiée comme la plus à risque du trajet.Le bruit des avions a un effet dissuasif sur les groupes armés", explique le lieutenant-colonel Pierre-Henri, commandant du détachement chasse.La base dispose également de six drones armés pour veiller depuis le ciel à la sécurité des convois. La saison des pluies qui vient de débuter pose un défi supplémentaire. "Contrairement aux véhicules militaires, les camions civils sont sujets aux caprices de la météo car ils ne peuvent pas quitter les routes goudronnées" sous peine de s'embourber, commente le lieutenant-colonel Samir, chef du centre opérations interarmées (COIA) de Barkhane, à N'Djamena. En outre, "la pluie peut clouer au sol les avions et rendre les drones aveugles", privant les convois de leurs anges gardiens, note-t-il. Au terme de ce repli titanesque, seuls 2.500 militaires seront maintenus au Sahel contre plus de 5.000 il y a encore deux ans. La France conservera notamment plus d'un millier d'hommes au Niger, où un groupement tactique continuera de travailler en partenariat avec les forces nigériennes. Mais le surrégime auquel est confrontée la BAP de Niamey ne perdurera pas, assure son commandant, le colonel Loïc Mandereau."Cette base n'a pas vocation à grossir. On ne transfère pas Gao à Niamey", insiste-t-il. L'heure est à la discrétion, alors que les autorités nigériennes ont signifié leur refus de voir la présence française se densifier sur leur territoire.