Mali : Des frondeurs du M5-RFP dénoncent des dysfonctionnements crées par Choguel Kokala Maïga

Mali : Des frondeurs du M5-RFP dénoncent des dysfonctionnements crées par Choguel Kokala Maïga

Le premier ministre de la transition est contesté au sein de son propre mouvement, le M5-RFP. Après le cinéaste Cheick Oumar Cissoko, plusieurs membres, qui se réclament de la défense des idéaux du M5-RFP, dénoncent des dysfonctionnements au sein du mouvement et refusent de reconnaître l’actuel comité stratégique dirigé par Choguel Kokala Maïga. Ils étaient près d’une centaine de personnes à prendre d’assaut, ce samedi 28 mai, la salle de conférence de la Maison de la presse de Bamako, à l’appel d’une des tendances du comité stratégique du M5-RF, pour dénoncer la gestion actuelle de ce mouvement par le Premier ministre, Choguel Kokala Maïga. Cette tendance est celle qui se réclame de la ‘’défense des idéaux’’ du M5-RFP qui, selon eux, ont été très vite abandonnés par leur coordinateur pour faire place aux injures et à la gestion clanique du mouvement. Ils reprochent à l’actuel Chef du gouvernement de transition de soutenir des jeunes pour invectiver les cadres du M5-RFP osant critiquer sa gestion. Ces contestataires estiment que Choguel Maïga remet constamment en cause les décisions prises par le comité stratégique du M5-RFP, ne tient plus compte des décisions des autres entités du M5-RFP, refuse de retirer la plainte qui avait été introduite par le mouvement pour demander l’annulation de lanomination des membres du conseil national de transition, etc. « Nous avons demandé à plusieurs reprises de retirer cette plainte contre le CNT, à partir du moment que nous avons décidé de prendre la primature », déclare Daba Diallo, membre de la tendance du M5-RFP qui pense que « le Premier ministre veut maintenir la pression sur les militaires à travers cette plainte afin qu’ils le maintiennent à la primature ». En outre, les contestataires de la gestion du coordinateur du M5-RFP lui reprochent d’avoir transformé le comité stratégique à une entité à sa solde. «Les avis des autres sont totalement ignorés alors qu’avant, c’est le consensus qui primait lors de la prise des décisions importantes », regrette le porte-parole des opposants au chef du gouvernement. Enfin, les organisateur de cette conférence dénoncent l’absence d’inclusivité dans la gestion du pays que l’actuel premier ministre de la transition a été incapable de trouver avec le reste de la classe politique pour amorcer le processus de la refondation du Mali. Ils indiquent que le M5-RFP, dans sa forme initiale, a toujours prôné l’implication de tous les maliens dans le processus de refondation. «Le Premier ministre a décidé autrement, en écartant une grande partie des forces vivres de la gestion du pays. Il a opté de gérer le pays comme s’il était encore dans l’opposition », accuse Daba Diallo, dans une déclaration lue devant la presse. Les conférenciers ont critiqué la gouvernance de Choguel Kokala Maïga depuis sa nomination à la primature, en déclarant qu’elle s’est détournée des objectifs du M5-RFP. Lesquels, selon eux, avaient au préalable pour objectifs « d’accompagner l’armée pour le rétablissement de la sécurité, la rupture avec les pratiques anciennes de la gestion du pays, la mise en place des jalons de la refondation et l’organisation des élections libres, crédibles et transparentes ». Au regard de tous ces dysfonctionnements constatés dans la gestion du M5-RFP et dans la gouvernance du pays, les responsables de cette fronde contre le premier ministre disent ne plus reconnaître le comité stratégique du mouvement du 5 juin dans son fonctionnement actuel. Pour rappel, les membres du mouvement hétéroclite du 5 juin ne parlent plus le même langage, depuis que le coordinateur du comité stratégique du mouvement a été nommé à la tête du gouvernement de transition. Plusieurs cadres ont réduit leur participation aux réunions du M5-RFP, en protestation contre la mainmise du chef du gouvernement sur l’organisation qui a précipité la chute du régime du défunt IBK. Il y a un mois, six membres du comité stratégique du M5-RFP ont été suspendus pour ‘’ manquement ‘’ au règlement intérieur du mouvement sur une décision signée par un partisan du Premier ministre. En protestation à cette suspension, qui avait débuté par l’exclusion manu-militari du président du Kaoural Renouveau au siège du M5-RFP, le coordinateur du mouvement Espoir Mali-Kura, le cinéaste Cheick Oumar Sissoko a demandé la démission du premier ministre. Il lui reproche d’avoir entretenu financièrement quelques membres du M5-RFP qui agissent aujourd’hui à sa solde en mettant à côté la gestion inclusive du pays. A part la lutte contre le terrorisme, Cheick Oumar Sissoko estime qu’aucun secteur du gouvernement n’a réalisé des résultats tangibles. Siaka DIAMOUTENE