Mali : le Pacte Social pour la Paix de la Coordination Kel Antasar et Alliés officiellement lancé

Mali : le Pacte Social pour la Paix de la Coordination Kel Antasar et Alliés officiellement lancé

Le lancement officiel du Pacte social pour la paix et le développement de la Coordination Kel Antasar et Alliés a eu lieu le dimanche 20 mars au CICB de Bamako. C’était sous le parrainage de l’Imam Mahmoud DICKO, ancien président du Haut Conseil Islamique. Initié par la Coordination Kel Antasar et Alliés, le Pacte Social pour la Paix et le Développement est issu de la rencontre intra et intercommunautaire de Goundam tenue du 12 au 14 Février 2021. Au cours de cette rencontre, les communautés présentes ont décidé de s’inscrire dans une dynamique de paix avec comme objectif le rétablissement d’une cohésion sociale favorable au développement territorial durable. Le pacte social est réputé inclusif et peut être étendu à toute autre zone riveraine. « Ce pacte social contribuera à panser durablement les plaies de la guerre et surtout amener les filles et les fils du pays à se parler, se pardonner, se respecter, se tolérer et marcher ensemble », a tout de go déclaré le Président de la Coordination Kel Ansar et Alliés, Oumar Ag Hamaman Cissé. Il a indiqué que son véritable cri de cœur reste la paix et la quiétude gage de tout développement social et politique du Mali. C’est dans ce cadre qu’il a appelé à la cessation des hostilités. « Il est plus que temps de mettre fin aux tragédies de ces milliers de frères et sœurs obligés de prendre le chemin de l’exil et de l’exode, laissant derrière eux toute leur vie et tous leurs biens. Il est plus que temps de mettre fin à ces affrontements meurtriers entre fils liés par le même sang et qui partagent les mêmes cultures ancestrales », a-t-il plaidé. Car, assure-t-il, au-delà des appartenances ethniques et confessionnelles « nous restons cette société de diversité et humaine ».

Pour terminer, le président Cissé a indiqué que tant que la paix ne vibrera pas dans « le cœur de chacun de nous tous les efforts portés pour la paix serait vain ». « C’est une initiative à saluer », s’est réjoui l’Imam Mahmoud Cissé, parrain de l’évènement. « C’est quelque chose qu’il faut encourager, élargir pour qu’on aille vers cette réconciliation qui va restaurer le vivre ensemble dans notre pays », a expliqué l’ancien président du Haut Conseil Islamique.